arolla.org sur Facebook nous suivre sur twitter nous suivre sur Google+ Arolla.org sur tumblr Arolla.org sur pinterest
Trekking - Panoramas HD Domaine skiable d'Arolla HD
Trekking - Panoramas Voies d'escalade Pêche à la Gouille
Domaine Skiable d'Arolla
Ciel d'Arolla Recensement de la Flore du Val d'Arolla Sommets du val d'Arolla Géologie du val d'Arolla Glaciers du val d'Arolla Un peu d'histoire Médiathèque Vid\E9os - Cin\E9ma arolla webcam timelapse Infos Arolla et Val d'Arolla Partenaires/liens Club Premium arolla.org? Le Sticker GlobeTrotter Webposte Arolla.org Immo - Location de chalets Boutique d'Arolla on-line arollablabla

Charlemagne, Suen et le droit de propriété

C'est sous la domination franque (534-888) que naîtra la notion de « propriété privée », concessions limitées dans le temps ou terres remises par le suzerain à leurs vassaux de manière définitive.

En 864 apparaîtra pour la première fois dans les chartes le nom de « Suen ». Comme nous le verrons plus tard, le « mont de Suen » désignait à l'origine l'ensemble du territoire actuel des deux communes de Saint-Martin et d'Evolène.

Les Francs
Le changement de dynastie que les Francs font subir au royaume de Bourgogne ne détruisit nullement la nationalité du peuple vaincu.

Le servage, qui en ces temps barbares était souvent la conséquence de la défaite, ne fut pas imposé aux anciens sujets du malheureux Gondemar. Les Burgundes conservèrent leurs lois, leurs moeurs et une certaine indépendance.

Les Francs prirent néanmoins possession des domaines qui leur convinrent et abandonnèrent le reste aux anciens habitants, auxquels ils laissèrent exécuter tous les travaux agricoles. Ils placèrent les Alpes valaisannes sous le gouvernement d'un patrice.

Outre les maux inévitables qu'entraîne à sa suite toute conquête, le Valais fut éprouvé, pendant ce siècle, par des désastres de tout genre.

Petite incursion dans la deuxième partie du VIème siècle, ses désastres et ses calamités
563, le Mont Tauredunum, qui s'élevait à quelque distance d'Agaune, s'écroula avec un fracas épouvantable sur la jeune ville d'Epaune, ensevelissant sous ses décombres maisons, églises, richesses, habitants. Le Rhône obstrué reflua vers sa source, inondant la plaine et les localités de la vallée supérieure. Le fleuve, par la force de ses masses d'eaux ayant ensuite rompu la barrière qui arrêtait sa course, couvrit les campagnes de la vallée inférieure. Les flots du lac Léman furent grossis à un tel point qu'ils inondèrent les rives, et passèrent même par-dessus les murs de la ville de Genève dont ils emportèrent les ponts et les moulins. Combien de victimes dut faire cette effrayante catastrophe!
Quelques années plus tard, les Lombards, peuple germanique qui avait fondé un royaume en Italie, désolèrent à plusieurs reprises les plaines du Valais. En 574, ils s'installèrent pendant plusieurs mois dans l'abbaye de Saint-Maurice, y vécurent grassement, puis la pillèrent et la brûlèrent. Ils furent enfin taillés en pièces, près de Bex, par les troupes du roi Gontran. Ce dernier fit reconstruire le monastère incendié. Pour comble de maux, le Valais fut ravagé par la petite vérole, que les Lombards avaient laissée à leur suite.

580, Octodure, l'antique cité gallo-romaine que huit évêques avaient honorée de leur présence, après avoir été saccagée par les hordes barbares, vit son territoire dévasté par une épouvantable inondation. Le successeur de saint Théodule dut transporter à Sion le siège de l'évêché; cette ville conserva dès lors la résidence épiscopale.

Les Manses

La manse représente une parcelle suffisante pour l'entretien d'une ou de plusieurs familles.

Entre 650 et 700, en Burgondie, se développent des « manses » taillées dans les anciennes villae, concessions faites à des paysans libres ou affranchis en échange de services

au propriétaire burgonde.

Charlemagne
Charlemagne, fils aîné du roi Pepin le Bref, régnait avec son frère Carloman. A la mort de ce dernier (771), les Etats des Francs se trouvèrent réunis sous le sceptre du monarque remarquable qui donna son nom à un siècle.

Charlemagne, prince conquérant et législateur, parvint à faire vivre sous les mêmes lois une foule de peuples divers, ennemis les uns des autres, et qui ne demandaient qu'à se séparer. Le « roi de l'Europe » favorisa particulièrement l'instruction en créant des écoles dans les monastères et les évêchés.

Ce monarque honora de ses largesses l'église de Sion et l'Abbaye de Saint-Maurice.

Sacré empereur d'Occident en l'an 800, il termina sa glorieuse carrière le 28 janvier 814.

Louis I er le Débonnaire, fils de Charlemagne, divisa entre ses enfants les Etats dont il avait hérité. Ces partages imprudents, semant au sein de la famille royale la discorde et la guerre, précipitèrent la chute de l'empire.

Le Valais échut à Lothaire I er (839), puis à son fils Lothaire II, roi de Lorraine. En 859, Ce prince céda à son frère aîné, Louis II, roi d'Italie et empereur d'Occident, Genève, Lausanne et Sion.

Les Fiefs
En 877, une loi instaure le droit de propriété. Ainsi certains fiefs – terres remises par un suzerain à

son vassal avec leurs habitants affranchis, serfs, fermiers, colons, animaux et cultures – transmis

jusqu'alors à titre provisoire deviennent héréditaires et transmissibles.

En 864 apparaît pour la première fois dans les chartes (titre dressé au moment de l'investiture ou

simple volonté du suzerain précisant les obligations généralement très lourdes du vassal)

le nom de « Suen ».

A la mort de Lothaire II, ses oncles Charles le Chauve et Louis le Germanique s'emparèrent de ses Etats et se les partagèrent.

Charles le Gros, fils de Louis le Germanique, qui avait hérité des immenses possessions que Charlemagne avait réunies dans sa puissante main, ne put supporter le poids de la couronne impériale. Il fit preuve d'une telle incapacité que ses sujets le déposèrent et le confinèrent dans un couvent (887).

Le comte Rodolphe, fils de Conrad d'Auxerre, à la faveur des troubles qui agitaient la monarchie, assembla à Saint-Maurice les grands et les prélats de la contrée, et se fit solennellement proclamer roi de la Bourgogne transjurane (888).

Son autorité ne tarda pas à être reconnue des Alpes au Rhin et à la Saône et l'empire de Charlemagne fut définitivement démembré.

immo.arolla.org
Propulsé par arolla.biz © 2005-2015 Clivaz Christophe, 1986 Arolla

Tous droits réservés

propulsé par arolla.biz website